Loisirs SIA Le livre

SIA : le 7ème Chapitre

Un Geek découche un soir, voilà un mystère qui ne déplacera pas les foules. Cette disparition n'émeut d'ailleurs personne et les autorités ne voient pas où est l'urgence, c'est un grand garçon tout de même. Mais Benjamin, son meilleur ami, ne l'entendait pas de cette oreille. Il savait que l'heure était grave. Il décide de partir à sa recherche aidé par une intelligence artificielle aussi précieuse qu'excentrique.

Pour celles et ceux qui le découvriraient pour la première fois aujourd'hui, tous les chapitres sont accessibles ici : https://sospc.name/category/sia-le-livre/

Allez, c'est parti !

***

Chapitre 7. Les présentations

 

Tout s'était passé un peu trop vite à mon goût. Je n'avais pas eu le temps de dire ouf que nous étions déjà dans ma voiture sur le chemin de la maison.

Mon silence devait être trop embrassant, car Cloé prit la parole en mode excuses, avec une intonation gênée :

  • Je suis désolée. Je me suis imposée, c'est tout moi. J'espère que tu ne m'en veux pas, je sais bien que c'est culotté et que l'on ne se connaît pas. Mais ton ami est quelqu'un d'attachant, vraiment. Et savoir que sa mère et toi êtes inquiets m'a donné envie de vous aider.

Je ne rompis pas le silence comme espéré par ma passagère, elle se sentit alors obligée d'ajouter :

  • Oui, d'accord, je l'avoue, j'ai un petit faible pour lui…

Je répondis du tac au tac, ne pouvant refréner un petit sourire contenu :

  • Petit ? T'es à fond, là ? Alors là je crois rêver !

Nous éclatâmes de rire. Elle avait compris que je ne lui en voulais pas. Ce qu'elle ne pouvait pas savoir c'était pourquoi j'avais été si réticent à l'emmener.

Je devais peut être la préparer à LA rencontre, les présentations promettaient d'être mémorables. Je tentai pour commencer un :

  • Écoute Cloé, Simon a peut-être oublié de te dire certaines choses sur SIA…

Oui, je sais, l'entrée en matière était très nébuleuse, mais me trouvant au pied du mur, je ne savais pas comment aborder le sujet, je marchai sur des œufs… pourris.

La demoiselle, elle, ne s’embarrassa pas de complications et alla droit au but :

  • Ah bon ? Eh bien justement, dis-moi, est-ce que SIA habite loin ? Tu m'as pas dit où l'on va en fait.

  • Chez moi.

Oui, je sais, plus court tu meurs.

J'étais mal à l'aise. Sacré Simon, il avait le don de mettre les gens dans de sacrées situations. La stupeur se lisait sur son visage, elle me répondit suspendue à mes lèvres, tout en s'inclinant machinalement vers moi :

  • Comment ça chez toi ? C'est… ta copine ? demanda-t-elle pleine d'espoir.

  • Euh non, pas du tout, disons qu'elle est de passage…

  • Ouais, OK, mais elle habite où alors en fait ?

  • Chez Simon.

Oui, je sais, on pourrait penser vu de l'extérieur que je faisais exprès d'entretenir le flou et de torturer mon interlocutrice. J'étais tétanisé, les mots avaient du mal à sortir. Plus je parlais, et plus je compliquais la situation. Je ne pouvais pas lui annoncer comme ça, sans prendre de gants, que la personne couverte de louanges, mise sur un piédestal par Simon, n’était qu'un simple hologramme !

Un silence inquiétant régnait désormais dans le véhicule. Ma dernière réponse n'avait pas été – on s'en serait douté – du goût de Cloé.

Je me garai avec difficulté, moi qui aimais clamer à qui voulait l'entendre que j'étais le roi du créneau, je dus m'y reprendre trois fois pour réussir la manœuvre, alors que j'avais pourtant un terrain de foot devant moi.

Elle ne se rendit pas compte de ma leçon d'auto-école, absorbée qu’elle était par ses pensées.

Nous nous dirigeâmes vers la maison, quand nous croisâmes au bas de la rue mon petit frère Maurice, manifestement enchanté à la vue de ma passagère. Il lui adressa directement la parole, ignorant ostensiblement ma présence.

  • Bonjour mademoiselle, mon frère ne m'avait pas dit qu'il connaissait une si charmante personne.

Je jubilai intérieurement. Vu comment elle m'avait envoyé bouler lors de notre rencontre, j'attendais la répartie qui promettait d'être cinglante, tellement la tentative de drague était nullissime, sur une échelle de 0 à 10, on était allègrement à ‑5 :

  • Bonjour, je m'appelle Cloé, sourit-elle. Benjamin, ne m'avait pas dit qu'il avait un frère aussi cool.

La déception était à la hauteur de mes attentes, mais pourquoi l'avait-elle épargné ? Je n'eus pas le loisir de me remettre de mes émotions que la question embarrassante tomba. Mon frère allait mettre les deux pieds, bien malgré lui, dans le plat :

  • Moi c'est Maurice, pour te servir. C'est dommage que je doive partir. On aurait pu discuter un peu. Vous venez faire quoi ?

Mon interlocutrice répondit simplement ne se doutant pas de l'imminence du désastre :

  • On est venus parler à SIA.

  • À qui ?

Bon, ça y est, fin de partie, j'avais envie de partir en courant. Mon frère se tourna vers moi, avec un regard interrogateur. La question, logique, tomba :

  • Ben, c'est qui cette SIA ? Tu ne m'as jamais parlé d'elle ?

Je répondis, tendu, en mode humour, en essayant d'être convaincant :

  • Oui, tu ne la connais pas. Si je devais te parler de toutes les personnes que je rencontre, il faudrait faire une réunion hebdomadaire !

Mon frérot n'était pas un idiot, il sentait qu'un truc clochait. Mais percevant mon désarroi qui transpirait, il débloqua la situation, se disant sûrement qu'il en saurait plus un peu plus tard :

  • Ah OK, c'est pourtant pas ton genre les cachotteries habituellement… Bon, je dois y aller, je suis déjà en retard, on se verra une autre fois, Cloé, termina-t-il en arborant son plus beau sourire.

  • No souci, à plus ! répondit-elle poliment, heureuse de pouvoir poursuivre son chemin. Je devinais son impatience.

J'étais (déjà) lessivé alors que nous n'étions pas encore entrés dans la maison. Le plus dur était à venir. Nous montâmes l'escalier qui me sembla particulièrement long, suivi par une Cloé qui me poussait presque, manifestement pressée d'être présentée. J'ouvris la porte de ma chambre, invitai la jeune femme à entrer, et souris bêtement tout en regardant fixement l’ordinateur portable – je ne savais pas quoi faire d'autre. La juste interrogation tomba :

  • Euh, y 'a personne ici ? Elle est où SIA ?

Pour toute réponse j'appuyai sur une touche au hasard du clavier provoquant l'apparition de l'hologramme qui s'exclama d'emblée :

  • Bonjour Cloé ça farte ? Je m’appelle SIA.

L'intéressée eut un irrépressible rire nerveux, se tourna vers moi, puis vers l'Intelligence Artificielle qu'elle scruta de la tête au pied, et revint vers moi abasourdie. Elle réussit, contrairement à moi, à émettre quelques sons inaudibles, puis se reprenant, s'écria comme pour s'assurer qu'elle ne rêvait pas :

  • C'est elle SIA ? La personne dont j'ai si souvent entendu parler ?

Je répondis, timidement, comme un gamin qui aurait été pris en faute les mains dans le sac (et qui aurait peur de prendre une baffe) :

  • Oui. C'est ce que j'essayais de te dire dans la voiture. Simon ne t'a pas tout dit. C'est un programme qu'il a créé et…

Je n'eus pas le loisir ou la permission – c'est au choix – de terminer ma phrase, qu'elle cria alors en levant les bras au ciel :

  • Yes ! Yes ! Et reYes ! Super nouvelle ! Bon, eh bien, on peut commencer les recherches maintenant ! Faut que l'on retrouve ce sacré Simon au plus vite !

  • Euh, oui, on va faire ça.

Quelqu'un avait dû changer de chaîne dans les trente dernières secondes. Je ne comprenais pas ce qui arrivait.

Cette enquête devenait très surprenante.

Chapitre 8. Mais où peut être Simon ? https://sospc.name/sia-le-8eme-chapitre/

***

J'attends comme d'habitude vos retours.

Christophe :bye:

Rejoignez la Grande Communauté SOSPC et accédez  à des contenus et des avantages exclusifs à partir de 5 € !  Cliquez ICI pour consulter tous les abonnements disponibles. 😀

Christophe. Administrateur.

S’abonner à cette discussion
Notifier de
8 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Chicboule

Bonjour Christophe,

Désolée du retard de mon commentaire, suite aux inondations nous nous sommes retrouvés 12 jours sans électricité, chauffage, eau chaude etc etc.…
Ce qui me plaît dans les chapitres c'est qu'il y règne une atmosphère étrange et mystérieuse 😀 
Vivement la suite !!!

Me reste plus qu'à aller lire le chapitre suivant, j'ai du retard à rattraper  😃 

Rémi

Bonjour à Christophe et aux lecteurs,

Petite remarque : Cloé n’est plus jalouse et, peut-être, a‑t-elle tord ! Il existe tant de geeks qui craignent les contacts sociaux… Peut-être que Simon est plus à l’aise avec une… hologramette :)
À suivre…

PS : merci Christophe pour les conseils concernant ma souris !

Didier

Bonjour

Vraiment haletante cette histoire.….….

Et si Simon était également un autre hologramme de son PC ? 

Tout un programme.….!

  :wpds_wink: 

Sylvie

bonjour Christophe
Merci pour le Roman de l'été ! je n'ai pas pu faire de commentaire la semaine dernière, je n'étais pas chez moi. J'attends bien évidemment la suite avec impatience.. Chloë n'a plus à être inquiète ou jalouse d'une IA !!

8
0
Seuls les abonnés Premium peuvent déposer un commentaire.x